top of page
  • jgtylleman

Le Président du Collège devient également Président de l’Association des Provinces wallonnes.

Dernière mise à jour : 26 avr. 2023


31 janvier 2023 : le président du collège provincial brabançon wallon Tanguy Stuckens (MR) présidera désormais également l’Association des Provinces Wallonnes (APW).


Mais avec quels objectifs ? Quelle orientation le Président du Collège compte-t-il donner à l'Association des Province Wallonnes ? Et surtout : comment considère-t-il sa nouvelle fonction alors qu'en parallèle, la ligne de conduite de son parti politique est très claire : les Provinces doivent être supprimées !


Autant de questions que j'ai eu l'occasion de poser en séance du Conseil provincial du 16 février 2023.


 

Monsieur le Président,

Monsieur de Gouverneur,

Mesdames et Messieurs les Députés provinciaux,

Chers Collègues.


L’Association des Provinces wallonnes s’est récemment choisie un nouveau Président, suite à la démission de Serge Heustache. Une nouvelle personnalité que nous ne connaissons que trop bien, puisqu’il s’agit de notre Président du Collège provincial du Brabant wallon, Tanguy Stuckens.


Je souhaiterais tout d’abord Monsieur le Président, vous adresser mes sincères félicitations ainsi que celles du groupe des Engagé.e.s pour votre nomination et en vous souhaitant beaucoup de succès dans cette nouvelle fonction !


Un provincialiste libéral et brabançon à la tête de l’APW, voilà de quoi pousser un « cocorico » au Mouvement Réformateur qui se targue (je cite) de « prendre la présidence de l’Association des provinces wallonnes[1] » et marquer ainsi le « réel ancrage » de ce parti dans les pouvoirs locaux en Wallonie[2]. Même si je ne doute pas un seul instant de la qualité de l’homme désormais à la tête de l’APW, je dois admettre que l’enthousiasme du MR (pourtant résolument engagé contre l’existence des Provinces) m’étonne quelque peu et me pousse à m’interroger sur la vision du Président du Collège sur sa nouvelle fonction.


Si, à titre personnel j’ai eu la chance pour ma part de vous entendre expliquer votre vision sur ce mandat lors de l’Assemblée générale de l’APW, pourriez-vous Monsieur le Président nous expliquer le projet que vous entendez poursuivre à la tête de cette Association ? Pourriez-vous partager avec les conseillers provinciaux ici présents vos priorités ? Les objectifs que vous souhaiterez poursuivre sur le long terme ? Comment voyez-vous la compatibilité de votre nouveau rôle, car je suis convaincu que vous vous engagerez avec sérieux dans la défense des intérêts des Provinces wallonnes, vis-à-vis de la ligne de votre parti ?


Je vous remercie.

 

Réponse de Monsieur Tanguy Stuckens (MR) :


Monsieur le Président, Mesdames et Monsieur les Députés, Très chers Collègues, Monsieur le Conseiller. Je tenais avant tout à vous remercier pour vos encouragements quant à ma prise de fonction en tant que nouveau Président de l’Association des Provinces Wallonnes. Je sais qu’ils sont sincères et nos échanges en Assemblée générale le démontrent. Cependant, je suis fort interpellé par votre question qui sous-entend une incompatibilité, ou du moins un grand écart, entre mon mandat de Président de l’APW et les valeurs et projets du Mouvement Réformateur. N’ayez pas le moindre début de doute. Je crois en l’institution provinciale, en sa pertinence comme niveau de pouvoir supracommunal et connecté aux réalités et spécificités du territoire. Car les « provincialistes », comme vous nous avez appelés, ont une connaissance de leurs territoires, qu’il nous appartient de partager. Et nous sommes les mieux placés pour en parler, nous qui sommes élus démocratiquement, nous qui débattons publiquement, nous qui agissons en toute transparence et en complémentarité avec les autres niveaux de pouvoir.


Nous avons devant nous des niveaux pouvoirs, différents, certes, mais complémentaires. L’Association des Provinces Wallonnes est le lieu adéquat pour rappeler qui nous sommes, quelles sont nos forces, nos atouts, les spécificités qui font de nous une valeur ajoutée et pas « la couche de trop » dans la lasagne institutionnelle belge. Nous devons repenser les rôles et la complémentarité des niveaux de pouvoirs en Belgique. Vous pouvez l’appeler la lasagne ou le mille-feuille, en attendant ce charabia éloigne le citoyen des affaires publiques et est désormais subi par les responsables politiques. Un débat intra-francophone, sincère et audacieux doit s’installer pour penser et agir mieux.


Les provinces ont un rôle de premier plan à jouer dans ce nouveau chapitre. Enfin, sur une note plus politique, vous avez repris dans votre question des positions du Mouvement Réformateur sur la question des provinces qui datent de 2017. Depuis 2017, de l’eau a coulé sous les ponts. Par exemple, votre formation politique a eu le temps de changer plusieurs fois de nom, de logo, de code couleur et de ligne politique… Et si un certain Jean-Luc Crucke a pu envisager cela dans la doctrine réformatrice il y a peu, vous voyez à quel point les cartes ont été rebattues et à quel point nos enjeux, depuis, ne sont plus les mêmes, notamment depuis le financement provincial des zones de secours. Je vous le dis clairement, mon parti n’entend pas supprimer les provinces du paysage politique belge. Et je vous mets au défi de trouver une expression officielle de mon parti qui viendrait contredire cette position. Notre institution a un avenir, un avenir que nous devons co-construire ensemble. En cela, et pour me situer dans la stricte réponse à votre question, je travaillerai à livre ouvert avec celles et ceux qui veulent contribuer à faire avancer positivement l’institution provinciale. Chez les libéraux, nous sommes ouverts au débat sur nos institutions et certainement sur nos réalités locales et provinciales. De manière moderne et sans aucun conservatisme, nous entendons contribuer au débat, nous faire respecter, et dessiner ensemble la Belgique de demain.


Merci pour votre attention.


Réaction Benjamin Goes (Les Engagé.e.s) :


Monsieur le Président, je savais déjà ce que vous alliez dire… Je pense que ce que vous avez pu dire lors de l’assemblée générale de l’Association des Province Wallonne était intéressant à partager avec les autres conseillers provinciaux et, notamment, le mandat et l’engagement que vous voulez porter au niveau de l’APW. Vous avez raison, tous les partis évoluent, on n’a pas beaucoup changé de nom, on n’a changé qu’une fois, vous savez, depuis 2017… C’est agréable de savoir qu’il y a plusieurs encore personnes qui pensent que l’institution est importante pour les services qu’elle rend aux gens. Moi, je ne suis pas fétichiste de la province mais je pense qu’un niveau de pouvoir intermédiaire est vraiment indispensable et, pour l’instant, tant qu’on n’a pas trouvé de formule magique pour pouvoir remplacer la province par quelque chose de plus efficace au niveau intermédiaire, elle reste encore le niveau de pouvoir le plus adéquat, comme vous l’avez dit, pour connaître le territoire et soutenir les communes. Je suis ravi de voir qu’on pourra travailler ensemble sur ces questions.

119 vues0 commentaire

Opmerkingen


bottom of page