• jgtylleman

Marché de travaux ayant pour objet la conception et la réalisation d’un spray park et d’un mini-golf

Monsieur le Président,

Monsieur le Gouverneur,

Mesdames et Messieurs les députés provinciaux,

Chers Collègues.


Cela fait maintenant plusieurs mois que l’annonce de la fermeture de la piscine du Bois des Rêves a suscité, dans nos rangs mais aussi et surtout parmi la population, de vives réactions, tantôt d’incompréhension, tantôt de colère mais toujours tintées d’une vive amertume : ce lieu qui a vu tant de bons souvenirs, souvent d’enfance, se construire n’existe tout simplement plus, rattrapé par des choix, vos choix, budgétaires.


Nous voilà aujourd’hui devant votre proposition de résolution visant à financer la construction d’un Spray-Park et d’un Mini-Golf qui, s’ils seront sans doute très bien dans leur genre, feront certainement pâles figures face à l’ancienne piscine. En un mot comme en cent : ce nouveau projet est, pour nous, décevant.


Décevant car même s’il n’empêchera probablement pas petits et grands de passer un bon moment, la comparaison entre une piscine extérieure dans un cadre comme celui du Bois des Rêves et un Spray-Park ne sera surement pas à l’avantage de ce dernier !


Bien sûr il y a des bénéfices escomptés en matière de coût des travaux mais aussi au niveau de l’entretien de ces infrastructures, des quantités d’eau utilisées, d’énergie consommée, de l’empreinte écologique, etc. Et le Collège m’a convaincu lors des débats en commission sur la qualité des réalisations projetées. Je tiens d’ailleurs à féliciter l’administration provinciale pour sa capacité à rebondir et à transformer la déception de la suppression de la piscine en un nouveau beau dossier récréatif malgré tout.


Mais on peut parler de déception car la piscine du Bois des rêves était, faut-il que je le rappelle, une infrastructure populaire dans une province où les alternatives pour les familles les moins favorisées (du BW et même d’au-delà) ne sont pas légions. Les autres offres existantes sont Aqualibi ou encore la plage de Renipont, à Lasne. Néanmoins, celles-ci sont bien plus onéreuses (jusqu’à neuf euros pour la plage de Renipont à Lasne et jusqu’à 23 euros pour Aqualibi, le tout sans compter les coûts annexes – nourriture, boissons, etc.). Des tarifs bien supérieurs aux cinq euros que nécessitait l’entrée de la piscine du Bois des Rêves. Pensez-vous vraiment que toutes les familles pourront sans problème débourser jusqu’à plus de quatre fois ce prix par personne pour nager en famille en été ? Ainsi une famille de 4 personnes devra allonger 45 € voire 102 € pour pouvoir accéder à une piscine en plein air en lieu et place des 20 € pour celle du Bois des Rêves. Le cdH est convaincu que tout le monde ne pourra pas se le permettre !


Autant de raisons qui justifient notre opposition lors de ce vote. Vous voyez monsieur le Président du Collège, non seulement on démonte ce dossier mais nous votons également contre. Il faudra donc revoir vos statistiques. Et nous votons contre pas pour les projets en eux-mêmes mais bien pour ce que ces choix signifient par rapport aux ménages les moins fortunés. À l’heure où tout augmente et où le pouvoir d’achat diminue en conséquence, vous envoyez un très mauvais message à de nombreux citoyens et cela, le cdH ne peut le soutenir !



(Benjamin Goes, 16-12-2021)


16 vues0 commentaire