top of page
  • jgtylleman

Problème de chauffage – CEPESS Jodoigne.

Dernière mise à jour : 23 déc. 2022


Le 23 novembre 2022, notre groupe politique à la Province du Brabant wallon a adressé cette question écrite à l'attention du Collège provincial.


 

Madame la Directrice générale,


Faisant application de l’article 36 du Règlement d’ordre intérieur du Conseil provincial, j’ai l’honneur de vous adresser la question écrite suivante, pour laquelle je souhaiterais une réponse écrite.


Il me revient que certains cours donnés dans les classes de l’école communale de Jodoigne, située sur le site du CEPES, se donnent fenêtres ouvertes. En effet, ce bâtiment est chauffé par un système centralisé pour l’ensemble du site, système lui-même géré par les services de la Province avec une télé-régulation depuis Wavre, d’après nos informations.


Il semble que les services provinciaux n’arrivent pas à réguler la température correctement : de trop froide en début d’année, la température serait maintenant beaucoup trop chaude, au point qu’il serait nécessaire d’ouvrir presque toutes les fenêtres ! Une autre cause de ce problème serait également un manque de vannes thermostatiques permettant de réguler la température localement.


Ce problème étant probablement le même dans les bâtiments du CEPES et au vu de la situation énergétique actuelle, je souhaiterais savoir :


- Si le Collège a connaissance de ce dysfonctionnement,

- Si une solution sera bientôt apportée à ce problème, notamment via l’installation de vannes thermostatiques ? De tels investissements sont-ils prévus dans les dépenses extraordinaires du budget provincial 2023 (par exemple dans l’article budgétaire 73101/230000/NB – Installations, Machines, Equipements) ?


Je vous remercie.

 

Réponse du Collège provincial :


Monsieur le Conseiller provincial,


En séance du 15 décembre 2022 et sur présentation du dossier par Monsieur Marc Bastin, Député provincial en charge des bâtiments, le Collège provincial a pris connaissance de votre question écrite du 23 novembre 2022.


Afin d’expliquer les causes de ce disfonctionnement, il nous faut d’abord expliquer de manière globale l’architecture du système de chauffage du bâtiment concerné pour ensuite détailler les différentes interventions techniques qui ont été apportées sur le système, avec, pour chacune d’elles, une explication sur ses effets.


1. Configuration des installations techniques :

Bâtiment 001_009 (site JOD_TIR) = Ecole fondamentale de la Ville de Jodoigne

Bâtiment 001_010 (site JOD_TIR) = Haute école Lucia de Brouckère

Les bâtiments 001_009 (école fondamentale de la Ville de Jodoigne) et 001_010 (haute école Lucia de Brouckère) partagent une même et unique chaufferie. Celle-ci se situe au premier étage du bâtiment 001_009 dans la partie centrale.


Les 2 chaudières qui équipent cette chaufferie alimentent les circuits suivants :

• Circuits de ventilation

o Circuit « aile gauche » du 001_009

o Circuit « salle de gymnastique » du 001_009

o Circuit « aile droite » du 001_009

• Circuits de chauffage

o Circuit « chauffage sol du hall » du 001_009

o Circuit « plafond chauffant salle de gymnastique » du 001_009

o Circuit « radiateurs 1 » du 001_009 + « rez-de-chaussée » du 001_010

o Circuit « radiateurs 2 » du 001_009

o Circuit « radiateurs 3 » du 001_009

o Circuit « radiateurs des étages 1, 2 et 3 » du 001_010


Cette architecture permet donc une régulation globale du système et un paramétrage pour chacun des circuits.


En théorie, un bâtiment desservi par moins de circuits (comme c’est le cas pour la HELDB) offre donc moins de possibilités de diversités de réglages entre ses locaux et présente donc un risque d’inconfort plus élevé.


Par ailleurs, un circuit commun à 2 bâtiments comme c’est le cas du circuit « radiateurs 1 » du 001_009 + « rez-de-chaussée » du 001_010, va imposer une même régulation aux locaux qu’il alimente, alors que les occupations peuvent y être très différentes.


2. Historique des interventions par les services techniques :

− Septembre 2022 : Réception des travaux visant au remplacement du collecteur et à l’installation d’un nouveau système de régulation. La régulation prévoit une gestion technique centralisée (GTC) permettant le suivi et le contrôle à distance de la chaufferie.

Les consignes de température ont été fixées à 19°c pour l’ensemble des bâtiments provinciaux (excepté les centres PSE).

→ Explication : ce bâtiment disposant de sondes de températures intérieures, ce sont les locaux abritant ces sondes qui sont les locaux « témoins » pour la consigne fixée. Attention, un évènement anormal dans ces locaux (utilisateur ouvre une fenêtre ; utilisateur y installe une chaufferette électrique ; utilisateur force la température via une vanne thermostatique ; local situé dans un bureau très vitré ; etc.) dérègle l’ensemble du système.

− 23 septembre 2022 : Ajustement des courbes de chauffe (paramétrage de la température de l’eau de la chaudière en fonction de la température extérieure) des circuits alimentant la HELDB à la suite d’une plainte de surchauffe des utilisateurs de la HELDB (001_010).

→ Explication : le circuit de chauffe se coupe dès que le local témoin a atteint 19°c. Cependant de l’inconfort peut être ressenti dû aux caractéristiques physiques du bâtiment ; en effet, le degré d’isolation du bâtiment, son exposition ou encore son inertie sont des facteurs qui influencent ses besoins pour assurer le confort thermique des occupants. En travaillant sur les paramètres de régulation tels que les courbes de chauffe (sonde de température extérieure) ou un module d’optimisation intelligent intégré, nous pouvons adapter la production de chaleur en tenant compte de ces caractéristiques physiques.

− 06 octobre 2022 : Augmentation de la consigne de température de 19°c à 21°c à la suite d’une plainte de température ambiante trop froide des utilisateurs de l’école fondamentale (001_009).

→ Explication : les 19°c n’étant pas atteint dans plusieurs locaux, il est à supposer que la sonde de température est située dans un local plus chaud (le chauffage se coupe donc plus vite car les 19°c sont très vite atteints).

− 10 octobre 2022 : Augmentation de la consigne de température de 21°c à 23°c à la suite d’une nouvelle plainte de température ambiante trop froide en début de journée des utilisateurs de l’école fondamentale (001_009).

→ Explication : le technicien a augmenté la consigne de température dans la même logique que son action du 06 octobre 2022. Le problème d’inconfort étant identifié uniquement le matin, nous pouvons supposer qu’il s’agissait davantage d’un problème de temps de relance à la suite de l’intermittence et/ou de paramétrage des courbes de chauffe. La modification technique apportée lors de cette manipulation a donc eu pour effet de répondre au problème de froid dénoncé le matin mais d’engendrer en cours de journée une température plus élevée que celle fixée par la politique provinciale (19°c).

− 15 novembre 2022 : Installation de vannes thermostatiques dans les locaux du rez-de-chaussée de la HELDB (001_010) qui rencontre toujours des problèmes de surchauffe.

→ Explication : comme expliqué ci-dessus, la HELDB ne bénéficie que d’un seul circuit de chauffe pour les étages et partage avec l’école fondamentale un même circuit pour le rez-de-chaussée.

Pour les étages, un même réglage est donc imposé à l’ensemble de ses locaux, quel que soit leur orientation (nord/sud), leur taux d’occupation (1 agent administratif/1 classe de 30 personnes), le type d’activité qui y est pratiqué (salle d’étude/salle informatique), etc. La courbe de chauffe de ce circuit a été adaptée pour offrir le réglage le plus juste.

Pour le rez-de-chaussée, la HELDB bénéficiant du même circuit que l’école fondamentale au rez-de-chaussée, et la HELDB (001_010) se plaignant de surchauffe alors que l’école fondamentale (001_009) se plaint de froid (cf. explications ci-dessus), il était indispensable de pouvoir limiter l’apport calorifique du chauffage dans les locaux de la HELDB distribués par ce circuit. Les vannes thermostatiques, si elles sont bien utilisées (il est préconisé de les mettre sur 2…3), offrent une solution efficace à ce problème.

− 17 novembre 2022 : Nouvel ajustement des paramètres de régulation ; température de consigne de 21°c et ajustement des courbes de chauffe pour l’école fondamentale de la Ville de Jodoigne (001_009).


Activation de l’enregistrement des températures mesurées par les sondes d’ambiance via la GTC.


Pour conclure, un paramétrage par essais/erreurs est souvent nécessaire pour obtenir le bon compromis entre les différents locaux présentant des caractéristiques différentes. Toutefois, comme il vous l’a été expliqué, l’architecture du système de chauffage dans certains bâtiments ne permet malheureusement pas d’assurer un niveau de confort optimum pour tous les locaux. Si malgré les paramétrages, il subsiste des problèmes d’inconfort trop importants dans plusieurs locaux, il est alors nécessaire d’investir dans des systèmes de régulation locaux tels que les vannes thermostatiques. Le point faible de ces systèmes locaux réside dans leur fragilité et dans le risque de dérèglement par les utilisateurs.


Les nouveaux systèmes de régulation contrôlables à distance permettent à des utilisateurs au patrimoine étendu sur le territoire (comme c’est le cas pour la Province du Brabant wallon) de réagir de manière beaucoup plus rapide aux problèmes observés (par les utilisateurs ou sur base du reporting de la régulation). Notre stratégie vise donc à généraliser ce type d’installations, tout en restant très vigilants à garder une certaine autonomie par rapport à ces systèmes (problématiques des technologies « fermées » à obsolescence programmée).


Enfin, pour être complets, la Province du Brabant wallon travaille depuis maintenant 2 ans avec un prestataire extérieur spécialisé en optimisation des systèmes de régulation sur 3 de ses sites (CampusBW, WAV_QAH et NIV_MALG). Le retour d’expérience est très positif : en plus de recommandations de petits investissements de type « quick-wins », ce bureau d’ingénieurs énergéticiens est parvenu à réaliser 15% d’économie d’énergie. Ce type de marché public prévoyant la rémunération du prestataire en fonction des bénéfices, c’est un win-win pour les 2 parties.


La Province du Brabant wallon ambitionne d’élargir ce type de marché sur l’ensemble de son patrimoine d’ici à 2024.


Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Conseiller provincial, l'expression de notre considération distinguée.



7 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page