• jgtylleman

Centre culturel de Braine-l’Alleud : quid de la position de la Province ?

Dernière mise à jour : 19 mai


Que n'a-t'on pas encore écrit au sujet du Centre culturel de Braine-l'Alleud ? Cette institution culturelle fait, depuis maintenant près d'un an, l'objet de nombreux articles de presse au sujet de ses relations avec le Collège communal de Braine-l'Alleud.


Cette situation tendue interpelle de nombreux acteurs de la vie publique brainoise, dont notre collègue Olivier Vanham qui a souhaité connaître la position de la Province du Brabant wallon sur cette affaire, lors du Conseil provincial du 27 janvier 2022.


 

Monsieur le Président,

Monsieur le Gouverneur,

Mesdames et Messieurs les Députés provinciaux,

Chers Collègues.


La politique, et a fortiori celle que nous pratiquons à l’échelle locale, est aussi l’histoire de relations humaines, faite de hauts et de bas mais toujours (normalement) guidée par la recherche du bien commun. J’ai la conviction que cette recherche du bien commun ne peut s’atteindre que dans un climat serein et à travers le dialogue et la confiance. Or, dans ma commune, Braine-l’Alleud pour ne pas la citer, ce climat serein n’est plus celui qui règne entre le Collège communal et le Centre culturel.


Je ne vais pas revenir sur l’historique à multiples épisodes de ce dossier qui a d’ailleurs fait l’objet de nombreux articles de presse depuis bientôt un an. Je vais par contre m’attarder à un élément-clé de ce dossier, c’est-à-dire un audit réalisé par le cabinet Deloitte et ce à la demande du Collège communal. Un audit commandé par le Collège afin, et je cite l’Echevine de la Culture, « de voir si les fonds communaux ont été gérés dans les règles. ».


A la lecture des conclusions de l’audit et après analyse par un avocat pénaliste, le Collège communal estime qu’il existerait des manquements graves dans la gestion du Centre culturel. A contrario, relevons que du côté du Centre culturel, appuyé d’ailleurs par la Ministre de la Culture Bénédicte Linard et son Administration, la lecture des conclusions de l’audit est bien différente puisqu’on parle plutôt de constats qui visent à mettre en place des « pistes d’amélioration de la gestion »[1]. Rien de troublant donc ...


Les soupçons portés par le Collège communal sont donc graves ! C’est la raison pour laquelle je souhaite interroger aujourd’hui le Collège provincial. En effet, la Province du Brabant wallon est un pouvoir subsidiant du Centre culturel. Certes dans une moindre mesure que la Commune de Braine-l’Alleud et la Fédération Wallonie-Bruxelles puisque notre Province verse au Centre culturel de Braine-l’Alleud une subvention annuelle de 10.000 €. Pour cette raison, je suis convaincu que vous ne pouvez être indifférents à la situation que vit le Centre culturel à Braine-l’Alleud et que vous observez certainement avec beaucoup d’attention l’évolution de ce dossier.


Je souhaite donc savoir si vous avez pris connaissance de cet audit de Deloitte et de ses conclusions ? Si oui, vos services l’ont-ils analysé et quelles sont leurs conclusions ? Dans le cas contraire, y a-t-il une intention de votre part d’en prendre connaissance afin d’éclairer votre position dans ce dossier

Je vous remercie.

[1] Vincent Fifi, « Pas de lacune grave au centre culturel de Braine-l’Alleud ? Le bourgmestre Scourneau "abasourdi" », Bouge : L’Avenir, 14-12-2021, https://www.lavenir.net/cnt/dmf20211215_01646146/pas-de-lacune-grave-au-centre-culturel-de-braine-l-alleud-le-bourgmestre-scourneau-abasourdi, 20-01-2022, 20-02-2022.


 

Monsieur Tanguy Stuckens : (MR)

Monsieur le Président, Monsieur le Gouverneur, Chers Collègues, Monsieur le Conseiller provincial. Je vous remercie pour votre question au sujet du Centre culturel de Braine-l’Alleud. L’audit dont vous faites mention, réalisé par le cabinet Deloitte, m’a en effet été transmis par la Commune de Braine-l’Alleud en date du 5 novembre 2021, audit que j’ai immédiatement transmis à l’administration provinciale pour analyse. Nous avons également pu prendre connaissance, quelques jours plus tard à peine, de la réponse du Centre culturel à cet audit pour compléter le dossier et nos éléments d’information. Au vu des éléments du dossier, il apparaît qu’il relève avant tout de gestion interne du Centre culturel, de ses processus de décision, de ses organes de gestion et, a fortiori, vous l’avez mentionné, de ses relations avec la Commune de Braine-l’Alleud. La responsabilité des suites à donner relève donc essentiellement de la Commune de Braine-l’Alleud, premier pouvoir subsidiant, et, il faut le rappeler, à la source de la création du Centre culturel, et d’autre part, revient à la Fédération Wallonie-Bruxelles qui reconnaît, par décret, les centres culturels. Notre institution provinciale n’est en rien partie prenante dans l’organisation et la gestion de cette association. Elle ne peut – et ne souhaite – pas s’immiscer dans ce qui relève de l’autonomie locale. Je vous rappelle au besoin, pour éviter tout doute ou confusion supplémentaire, que nous ne sommes pas un pouvoir de tutelle, c’est important de le rappeler. En ce qui concerne strictement la Province du Brabant wallon, j’ai quelques éléments d’information à vous apporter : aucun élément, aujourd’hui, ne nous permet de remettre en question le soutien apporté par la Province au Centre culturel de Braine-l’Alleud. A ce titre, outre la subvention de 10.000 € octroyée annuellement, d’ailleurs, à tous les centres culturels reconnus ou en cours de reconnaissance de notre territoire, le Collège provincial a approuvé plusieurs subventions dans le cadre des règlements « Art et Vie » et « Spectacles à l’école » – règlements du Conseil – ou encore, en novembre dernier, l’octroi d’une subvention au Centre culturel de Braine-l’Alleud toujours, dans le cadre de l’appel à projets « Le Livre tout proche ». Dans le cadre de ces différents types de soutien, il est évident que notre administration a veillé et veillera – comme toujours – à l’utilisation à bon escient des subventions et sera, à ce titre, attentive lors du contrôle des pièces justificatives, comme c’est le cas, je le précise, pour toutes les associations soutenues par notre institution. Je tiens à souligner, d’ailleurs, de ma modeste expérience à la Province, que les processus de contrôles internes pour toutes les associations dans le contrôle des justificatifs de subventions sont scrupuleusement respectés et je remercie l’ensemble de l’administration pour tous les processus de contrôle qui existent et qui relèvent de la bonne gestion des deniers publics, y compris, donc, pour le Centre culturel de Braine-l’Alleud, et nous n’avons, je le précise, aucune remarque à cet égard concernant le Centre culturel de Braine-l’Alleud. En conclusion, en tant que Député provincial en charge de la Culture, je tiens à vous dire que je ne peux que regretter la situation actuelle et espérer, sincèrement, une éclaircie dans les relations entre la Commune de Braine-l’Alleud et son Centre culturel. Un centre culturel doit être le bras armé d’une commune pour fédérer toutes les énergies culturelles et artistiques du territoire communal. Il joue un rôle évident et essentiel dans le développement, la diversité, l’accès, la promotion et la diffusion de la Culture. Je souhaite souligner ici, même si cela ne fait pas plaisir à tout le monde, que la fameuse « autonomie » consacrée par le décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne rend malheureusement pas service à tous ceux qui souhaitent voir les dynamiques culturelles s’amplifier et se renforcer. Une action ne peut être déconnectée des autorités communales qui la financent et qui sont, il faut le rappeler, à la source de l’existence d’un centre culturel. Un centre culturel relève d’un choix politique, et les autorités communales doivent donc être respectées dans ce sens. Elles doivent bien sûr elles-mêmes respecter les processus spécifiques à un centre culturel et à sa fameuse autonomie. La dynamique culturelle d’une commune doit faire l’objet d’un consensus entre toutes ses composantes, tout le monde a à y gagner, et certainement son centre culturel et son autorité communale. C’est tout ce que je souhaite à Braine-l’Alleud, à ses acteurs, à ses artistes et à ses citoyens.


Monsieur Olivier Vanham : (CDH)

Je vais être très bref : je voulais juste remercier le Président du Collège pour ses propos extrêmement mesurés, respectueux de toutes les parties, quelles qu’elles soient, et il a bien rappelé les positions des uns et des autres, les droits et les devoirs de chacun, et je pense que c’est très important de le rappeler et je salue vraiment la qualité de sa réponse telle qu’il nous l’a partagé à l’instant et, je tenais vraiment à le souligner, je prends rarement la parole après mes questions d’actualités mais, pour cette fois, ça me tenait à coeur et j’ai bien entendu et relevé que l’administration provinciale et le Collège provincial gardaient toute leur confiance dans le Centre culturel de Braine l’Alleud et c’est pour moi effectivement un élément essentiel que j’ai retenu dans les propos du Président. Je formule le voeu, en cette nouvelle année, que peut-être, qui sait, le Président ou le Collège pourraient peut-être jouer les bons offices entre ces deux institutions qui ont beaucoup de mal, aujourd’hui, à se parler. J’ai bien entendu toute la prudence de sioux dans l’autonomie et l’indépendance, et de ne pas se mêler de ce qui ne nous regarde pas, mais parfois c’est cette indépendance et cette autonomie qui donnent une certaine légitimité pour essayer de rapprocher les points de vue et tenter d’apaiser les tensions. Donc, qui sait si, demain, l’opportunité est donnée à Monsieur le Président du Collège, qui connaît très bien la situation pour avoir géré depuis de nombreuses années la compétence de la Culture… Bref, je formule ce voeu de nouvel an en espérant, tout comme vous, que tout le monde puisse sortir de cette mauvaise passe dans laquelle se trouve la culture pour l’instant à Braine-l’Alleud. Je vous remercie.

9 vues0 commentaire