• jgtylleman

La Province du Brabant wallon au secours de ses radios locales.

Dernière mise à jour : 18 mai

Lors du Conseil provincial du 16 décembre 2021, notre ami et collègue Carl Cambron a tenu à interpeller la Majorité MR-PS sur la situation des radios locales de notre Province.


Monsieur le Président,

Monsieur le Gouverneur,

Mesdames et Messieurs les Députés provinciaux,

Chers Collègues.


J’ai pu apprendre, dans un article du 19 novembre dernier, que plusieurs radios indépendantes du Brabant wallon risquent de disparaître, faute de pouvoir assumer financièrement le passage au DAB + (le nouveau mode d’émission numérique, faisant de plus en plus office de standard en la matière)[1]. L’article parle en effet d’un budget devant doubler pour pouvoir émettre en DAB + (entre 15 000€ et 20 000€ supplémentaires seraient nécessaire alors que leurs budgets tournent autour des 20.000 € de base)[2]. Un montant important pour ces acteurs donc et malgré les budgets débloqués par la Région wallonne pour doter ces radios en matériels, leurs situations restent compliquées (Radio Z, la fédération regroupant 46 de ces radios, expliquant en effet toute la difficulté d’acheter du matériel si c’est pour être ensuite dans l’incapacité de le faire fonctionner[3]).

Si des voix se sont déjà élevées pour tenter de convaincre la Ministre de bien vouloir adopter une autre stratégie, plus adaptée aux besoins des radios locales (on parle d’une aide récurrente annuelle de la part de la Fédération Wallonie-Bruxelles estimée entre 360 000€ et 600 000€[4]), j’ai pu constater que la Province s’est aussi positionnée sur le sujet, par la voix du Président du Collège. Je le cite : « (…) le Collège du Brabant wallon appuie la demande de la fédération Radio Z pour un financement et un accompagnement dans la transition vers la DAB + » ! Une belle initiative mais quid si la Ministre ne suit pas votre conseil ? La Province du Brabant wallon envisage-t-elle de débloquer des fonds pour venir elle-même en aide à ces « acteurs de la diversité du paysage radiophonique » ? Pour le dire autrement : quel est votre « plan B » si la Ministre n’appuie pas la demande de la fédération Radio Z ?

Je vous remercie.

[1] Arnaud Huppertz, « Sans aide, ces six radios du Brabant wallon vont mourir », Bouge : l’Avenir.net, 19-11-2021, https://www.lavenir.net/cnt/dmf20211118_01637322/sans-aide-ces-six-radios-du-brabant-wallon-vont-mourir, 24-11-2021, 24-11-2021. [2] Idem. [3] Idem. [4] Idem.


 

Réponse (T. Stuckens, MR) :

Monsieur le Conseiller provincial, je vous remercie de votre question qui me permet de revenir sur l’évolution du déploiement du DAB+ et des conséquences que ce phénomène implique pour les radios indépendantes du Brabant wallon. Pour rappel, la technologie de diffusion numérique DAB+ vise à remplacer la FM, permettant ainsi d’écouter la radio en qualité numérique, gratuitement, sans connexion Internet et sans abonnement. Bien qu’engageant, le plan DAB+ mettra de nombreuses radios en difficulté, vous l’avez souligné, compte tenu du coût énorme que représente cette transition pour les radios, notamment dans les zones rurales. Comme le rappelait récemment la Fédération Radio Z qui regroupe 46 radios indépendantes dont les 6 de notre province, certaines devront doubler leurs recettes pour survivre, d’autres seront bloquées pour émettre ou devront émettre dans de mauvaises conditions d’écoute. C’est pourquoi, sans aides financière, technique et logistique, la moitié des radios indépendantes de la Fédération Wallonie Bruxelles risquent de disparaître purement et simplement. L’aide au lancement du DAB+ débloquée par la Fédération Wallonie-Bruxelles à hauteur d’un million d’euros ne peut suffire seule. Nos 6 radios du Brabant wallon, je les rappelle, Ultrason (Nivelles), Emotion (Braine-l’Alleud), Mélodie FM (Nivelles), Passion FM (Orp-Jauche), No Radio (Wavre) et Up Radio (Jodoigne), sont donc menacées. Or, ces radios indépendantes participent généreusement à la richesse et la diversité du paysage radiophonique. Elles sont écoutées chaque jour par des auditeurs intéressés par l’ancrage local ou une thématique musicale spécifique. Ces radios informent, divertissent et font la promotion de notre territoire sur différents aspects (culturel, social, économique, associatif, environnemental, sportif…). Ces radios contribuent indéniablement à la cohésion sociale si chère au Brabant wallon. Ce sont par ailleurs aussi ces radios qui lancent et diffusent nos artistes mais aussi qui forment des animateurs-trices, technicien-ne-s et journalistes. Pour ces raisons, le Brabant wallon appuie sans réserve la demande de la Fédération Radio Z pour un financement et un accompagnement dans la transition vers le DAB+. Cette question relevant de la compétence de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous avons adressé un courrier en date du 12 novembre 2021 à Madame Bénédicte Linard, Ministre en charge des Médias, afin de la sensibiliser à ce sujet et de trouver une solution permettant d’assurer l’avenir de nos radios indépendantes. A ce jour, malheureusement, c’est silence radio. Le Brabant wallon ne laissera pas tomber ses radios pour autant. En mai dernier, j’ai rencontré les six représentants des radios indépendantes de notre territoire. Ces derniers ont pu me faire part des difficultés qu’implique effectivement le passage en DAB+. Bien qu’une intervention dans les frais de fonctionnement à hauteur des montants requis ne soit pas envisageable au regard des capacités budgétaires de la Province, des pistes de soutien sont identifiées et à l’étude telles que l’hébergement d’antennes, la mise à disposition de locaux (c’est déjà le cas pour Ultrason à l’IPAM Nivelles notamment) ou encore l’octroi d’une aide exceptionnelle pour de l’achat d’équipement ou l’aménagement d’infrastructures par exemple. Nous étudions par ailleurs la piste d’achat média par la Province. Cette opération Win-Win permet à la fois aux radios reprises dans le plan de bénéficier d’un apport financier mais aussi au Brabant wallon de mettre en valeur ses initiatives en matière culturelle, touristique, économique, d’enseignement, de jeunesse, etc., auprès d’une audience ciblée. Nous serons donc particulièrement attentifs à inclure les six radios dans les campagnes publicitaires de notre institution lorsque cela s’y prête. Comme nous avons déjà pu l’indiquer dans d’autres dossiers, je tiens néanmoins à rappeler que la Province ne peut pallier les carences ou difficultés posées par d’autres niveaux de pouvoir, qu’il s’agisse de la Fédération Wallonie-Bruxelles ou d’autres. Nous ne manquerons pas, une fois encore, d’attirer l’attention de la Ministre des Médias sur ce dossier et de l’inviter à ce que le virage technologique du DAB+ puisse être amorcé par chaque radio, y compris les plus modestes d’entre elles. L’évolution digitale n’est une évolution que lorsque chacun peut y avoir accès, au risque, sinon, de voir toujours les plus forts triompher. C’est notre responsabilité d’y veiller.

15 vues0 commentaire